174: GINETTE LECLERC : UNE BELLE GARCE ginette-leclerc-1

Le sourire carnassier, la prunelle de sombre velours et la frange aguicheuse, Ginette Leclerc surgit sur les écrans en 1932 comme la réincarnation des sept péchés capitaux qui auraient pris l’inévitable apparence d’une jolie petite femme de Paris.

Elle ne va pas interpréter ses personnages, elle va les flanquer au visage des spectateurs ébahis, moitié scandalisés, moitié émoustillés.

Ses metteurs en scène auront d’ailleurs bien soin de l’occire neuf fois sur dix à la fin du film! On ne pouvait décemment pas laisser vivre pareille créature plus longtemps!

Bien entendu il y eut des « mauvaises filles » à l’écran dès l’invention de la pellicule, il y en avait depuis l’invention du paradis terrestre.

Mais Ginette Leclerc ce n’est pas pareil! Ginette elle aimait ça! Sans remord ni scrupules, c’est sa moelle qui est mauvaise!

Les cinéastes vont se ruer sur elle pour la faire tourner sans relâche durant quatre générations! Et quand je dis cinéastes, je parle des plus grands qui signeront nombre de films dans la centaine qu’elle a tournés. Evidemment, sur un tel nombre il y a les inévitables nanars de première catégorie.

Par contre, qu’aucun messieurs dits « de la nouvelle vague » n’aient ajouté leur noms à la prestigieuse listes de cinéastes qui l’ont adorée et à qui elle a rendu justice, prouve encore une nouvelle fois si besoin était l’immensité de leur prétentieuse sottise.

Mais enfin, quand on a tourné pour Henri-George Clouzot, George Lampin, Jacques Becker, Max Ophuls, Claude Autan-Lara, Henri Verneuil, Pierre Colombier, Jean Boyer, Alexander Korda, Marcel Camus, Jacques Feyder, Jean Dréville, Pierre Chenal, Henri Diamant Berger,  Léonide Moguy,Jacques Tourneur, Christian Jacque, Marc Allégret,  Yves Allégret, Anatole Litvak, Abel Gance, Victor Tourjanski, Edmond T.Gréville, Jean Delannoy, André Cayatte, Roger Richebé, Henri Calef, Maurice Tourneur,  Gilles Grangier, Jacques de Baroncelli; André Hunebelle, Jean Yanne, Jean-Claude Brialy et bien sûr Marcel Pagnol, on peut bien se passer de Jean-Luc Godard!

Alors, bien sûr, la réputation de Ginette Leclerc à l’écran était la pire du cinéma français, elle allait en prendre un sacré coup dans la vie aussi. Elle sera de celles qui auront de graves ennuis avec les comités d’épuration à la libération de Paris. Elle fera un an de détention et sa carrière en prendra un rude coup.

Mais qui aurait cru aux heures les plus chaudes de cette gloire sulfureuse que Ginette Leclerc vivait avec sa maman adorée une petite vie bourgeoise dans le XVIème arrondissement de Paris et que lorsque la vieille dame s’éteindrait à un âge très avancé, Ginette Leclerc se laissera mourir de chagrin.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir la biographie de Ginette Leclerc par Celine Colassin

fichier doc 173 GINETTE LECLERC

pas de réponses

Laisser un commentaire

Un Cinéphage |
Mon ciné à moi |
FESTIVAL DE CANNES 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal d'un coeur de Di...
| Films et compagnie
| MoviesNewsBooks.