mary marquet

On a vu souvent dans ces pages que les plus incroyables légendes du cinéma, celles qui ont le mieux marqué l’imaginaire collectif ne sont pas forcément les comédiens les plus actifs ou les plus prolifiques.

Objectivement, les carrières de James Dean, Kay Kendall, Mae West, Grace Kelly, Jayne Mansfield ou Marilyn Monroe sont tout à fait anecdotiques en regard de leur gloire et du souvenir qu’on en garde

Mais dans le cas de Mary Marquet, c’est à un tout autre genre de « satellite » du septième art que nous avons affaire.

Jeune fille au temps du muet, protégée de Sarah Bernhard en personne elle n’avait que fiche du cinéma. Elle était une créature de théâtre, régnant de son mètre 80 sur les planches de la comédie française, picorant dans le répertoire maison les grands rôles comme des fraises dans un jardin.

Lorsque le cinéma , enfin, parla, elle ne tourna qu’un film en 25 ans, laissant la place à Marie Bell, Elvire Popesco, Gaby Morlay et même Françoise Rosay. La guerre la surprendra, lui prendra son fils et lui vaudra d’être incarcérée à la libération.

La dame solitaire qu’elle était devenue et allait rester aurait pu sombrer dans un triste oubli mais c’était mal la connaître!

Elle allait ouvrir un magasin d’antiquités et écouler des tonnes de rossignols supposés venir de chez Sarah Bernhardt ou de chez un quelconque illustre qu’elle avait admiré et qui l’avait aimée. La moindre aquarelle, le moindre pot avait son histoire palpitante et c’est cela qu’elle vendait bien plus que l’objet.

Sans doute pour servir de publicité vivante à son échoppe et attirer le chaland, elle s’engouffra à la télévision et accepta de paraître dans une kyrielle de films idiots qui ne servirent qu’à faire connaître son personnage.

Elle devint la « vétérane fascinante » aux histoires fabuleuses jusqu’à devenir un des très grands noms d’une époque qui n’était plus la sienne depuis plusieurs générations. Elle régalait des auditoires fascinés avec des anecdotes où elle avait toujours le beau rôle et qui concernaient des célébrités dont l’auditoire en question ignorait souvent jusqu’à l’existence avant qu’elle n’en fasse un sujet!

Mary Marquet fascinera quelques metteurs en scène dont Gérard Oury, Claude Chabrol et bien sûr Fellini.

Elle deviendra la grand’mère idéale de toute une génération, une véritable superstar, une légende. Ses mémoires en trois volumes seront des best sellers et sa disparition laissera la France en plein désarroi.

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR DECOUVRIR LA BIOGRAPHIE DE MARY MARQUET PAR CELINE COLASSIN.

fichier doc 197 MARY MARQUET

3 réponses
  1. JEAN-PIERRE MICHAUD-LéRIS
    29 septembre, 2015 | 16:30 | #1

    J’ai assez bien connu Mary Marquet.

    La biographie ci-dessus est parfaitement exacte et écrite avec talent.

    JPML

  2. JEAN-PIERRE MICHAUD-LéRIS
    29 septembre, 2015 | 16:31 | #2

    La biographie ci-dessus est parfaitement exacte et écrite avec talent.
    Bravo.

    JPML

  3. 29 septembre, 2015 | 16:40 | #3

    Merci infiniment cher Jean-Pierre

Laisser un commentaire

Un Cinéphage |
Mon ciné à moi |
FESTIVAL DE CANNES 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal d'un coeur de Di...
| Films et compagnie
| MoviesNewsBooks.