ElkeSommer

Elke Sommer fut une très grande vedette internationale durant plus de 25 ans et célèbre dès son premier film!

Elle est avec Sylva Koscina une des reines au sex appeal confirmé des grosses coproductions internationales des années 60 et 70.

Pourtant, si tout le monde se souvient très bien à la fois de son nom et de sa plastique, bien malin qui pourrait citer trois de ses grands rôles…Voire même un seul!

Elke fut une vedette essentiellement commerciale dont le nom pouvait être décisif pour la bonne marche d’un projet et son financement, mais elle n’était pas de celles pour qui l’on écrit des rôles.

C’est que l’époque de son régne ne fut hélas pas celle du régne du cinéma. Arrivée juste à temps pour connaître la fin du star système hollywoodien et de son incontournable glamour, elle est presque aussitôt confrontée à un cinéma qui change du tout au tout. Un cinéma d’auteur, de liberté, un cinéma vérité  vient de naître et se cherche. Les actrices sont désormais indépendantes et doivent se débrouiller seules qu’elles le veuillent ou non. Les nouveaux réalisateurs cherchent leurs vedettes sur les campus universitaires ou les bancs de Central Park. Pas au bord des piscines en cœur des villas de Bel Air!

Le choc fut brutal pour tout le monde et les gloires les mieux assises furent au moins aussi décontenancées que les idoles des années 20 par l’apparition subite du micro.

Elke qui venait d’être présentée au monde comme un « sex symbol » européen très sophistiqué avait à peine posé ses valises à Hollywood qu’elle fut un tantinet décalée…Dommage.

Elle ne saura pas, contrairement à d’autres se départir de sa sophistication et de son érotisme de calendrier.

En outre, le fait qu’elle travaille beaucoup en Europe fait qu’elle est souvent absente de ce Hollywood qu’elle adore mais où elle restera toujours un peu en marge.

Quand par miracle on revoit aujourd’hui un de ses films ou plus exactement un film où elle est présente, on se prend à regretter qu’elle n’ait pas su se composer un personnage plus accessible et plus naturel.

On ne peut s’empêcher d’éprouver une sensation de léger gâchis, la sensation d’être passés à côté d’un talent sensationnel resté camouflé sous des postiches et derrière des faux-cils.

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR D2COUVRIR LA BIOGRAPHIE D’ELKE SOMMER PAR CELINE COLASSIN

fichier doc 198 ELKE SOMMER

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

Un Cinéphage |
Mon ciné à moi |
FESTIVAL DE CANNES 2010 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal d'un coeur de Di...
| Films et compagnie
| MoviesNewsBooks.